• 13 ' pour découvrir ou revisiter l'univers artistique théâtral de Kristian Frédric !

     


  • Association Culturelle Excit'oeil - CritiqueAVEC GENNARO COSTAGLIOLA, "LE MAGNIFIQUE", DEVOILANT SA VRAIE VIE SUR SCENE LE PUBLIC "A MIS A LA VOILE"

    Très belle soirée au Château d'Excideuil dans le cadre des Voix de l'Hiver le 26 avril avec un spectacle de haut vol. Belle idée qu'a eue Kristian Frédric de se lancer sur le traces du Scapin de Molière et d'aller chercher au-delà des facéties douteuses d'un valet de comédie l'âme de l'homme avec ses rêves, ses regrets, ses passions, ses déboires.

    En confiant à François Douan le personnage de Molière et en lui demandant de le situer dix ans plus tard, à la cinquantaine, lorsque, lassé de fuir,il délaisse son nom de Scapin et les turpitudes qui lui sont attachées, pour devenir Gennaro le besogneux ramendeur de filets sur le port de Naples, Kristian Frédric a permis à l'écrivain de mettre en lumière l'épaisseur d'un personnage qui loin de la Commedia dell arte devient notre frère. Mais son passé auquel il veut échapper et sa réputation de "héros" semblent le poursuivre.

    Le monologue, construit en trois parties, permet de découvrir les rapports de Gennaro avec les différents protagonistes de son existence: Sylvestre qui fut à l'origine de la réputation de Scapin, sa mère, ses employeurs, tout cela sur fond historique, rumeurs de guerre, fuites perpétuelles, désir de chimères, avec l'ombre de Don Quichotte à l'horizon.

    Quant à l'interprétation de Jacques Nouard elle est en tout point remarquable. Quelle performance et quelle humanité!

    Pendant près d'une heure trente il incarne Gennaro tout en faisant vivre les personnages de son entourage. Il y a toujours du Scapin en lui, de la verve, de la truculence, mais aussi tant de rêve et de poésie. L'acteur semble se confondre avec le personnage, il est le vrai Gennaro Costagliola, indubitablement!

    Il faut saluer l'efficacité et la beauté plastique de la mise en scène et de scénographie de Kristian Frédric. Le spectateur voyage dans la lumière des grands peintres flamands. Et de Naples et son ponton à la mer du Nord on s'embarque dans le sillage de Gennaro.

    L'univers sonore créé par Hervé Rigaud,qui a à plusieurs reprises croisé la route du collectif "Les Voix de l'Hiver,"participe grandement à la magie de l'ensemble. Son ténu, subtil, tout en nuances qui renforce l'atmosphère créée par le décor, la lumière, le jeu de l'acteur.



  • Critique par Pierre ThibaudCritique Sud Ouest par Pierre Thibaud